2 raisons pour une fin d’année malheureuse pour la bourse selon Morgan Stanley Par Investing.com

0




Investing.com – Les investisseurs qui espèrent un grand rallye pour terminer l’année après une période de faibles performances pour les actions risquent d’être déçus.

Selon Mike Wilson, de Morgan Stanley (NYSE:), il est peu probable que le marché récupère ses gains de l’été. Dans une note adressée à ses clients, le stratège en chef de la banque a déclaré qu’il pensait que le devrait terminer l’année à son objectif de longue date de 3900, soit environ 6 % de moins que la clôture de lundi (4166,82).

Deux raisons expliquent les prévisions négatives de M. Wilson. Tout d’abord, les perspectives macroéconomiques s’assombrissent malgré des données solides.

“La solidité des données principales sur l’emploi masque les vents contraires auxquels sont confrontés les entreprises et les ménages moyens et auxquels la Fed ne peut pas répondre de manière proactive”, a écrit M. Wilson.

Les États-Unis ont enregistré une forte croissance du PIB et de l’emploi ce mois-ci, ce qui masque la douleur ressentie par les entreprises et les ménages américains moyens. Alors que les remboursements de prêts étudiants reprennent, que les coûts d’emprunt augmentent et que les défaillances de prêts se multiplient, ces tendances donnent une image différente de la direction que prend l’économie.

Deuxième raison invoquée par M. Wilson : le supercarburant du S&P 500 s’épuise, car certaines des plus grandes actions dégringolent après des résultats décevants. Qui plus est, même les entreprises qui publient des résultats convenables voient leurs actions baisser par la suite, note M. Wilson.

“La plupart des grandes capitalisations qui ont publié leurs résultats jusqu’à présent ne se sont pas bien négociées après leurs résultats du troisième trimestre”, écrit-il. “Ce groupe n’étant pas en mesure d’inverser la correction en cours et de maintenir l’indice au-dessus des niveaux techniques clés, c’est une raison de plus pour laquelle une reprise vers la fin de l’année nous semble plus improbable.”

Il ajoute : “Autre signe que cette révision négative est un signe avant-coureur pour les bénéfices du quatrième trimestre et de 2024, les actions se négocient mal après les rapports sur les bénéfices, qu’ils soient bons ou mauvais.”

Les “baissiers” ont fait valoir que le marché s’est globalement redressé cette année grâce aux “Sept Magnifiques”. Si on les enlève, le S&P 500 n’est plus du tout le même. Le S&P 500 n’étant soutenu que par sept sociétés, dont beaucoup ont chuté après la publication des résultats, l’indice de référence pourrait avoir du mal à prendre de l’élan à l’approche de la fin de l’année.

“Comme nous l’avons noté, en fin de cycle, l’incertitude est plus élevée que la moyenne. Par conséquent, la dynamique des prix dicte souvent l’opinion des investisseurs sur les fondamentaux et donc la confiance et le positionnement de chacun.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *